Géo-Savoir : Tchernobyl comme refuge pour la faune

Géo-Savoir : Tchernobyl comme refuge pour la faune

Géo-Savoir : Tchernobyl comme refuge pour la faune. La forte radioactivité encore présente à Tchernobyl (Ukraine) entraîne une faible présence humaine dans la zone, ainsi qu’une absence d’activités cynégétiques (chasse) permettant à la faune menacée par l’Homme de prospérer et d’y trouver refuge (ours, sangliers, loups, cerfs, etc.).

Le 26 avril 1986, le réacteur de la centrale nucléaire de Tchernobyl (ou centrale Lénine), au nord de l’Ukraine, explose. Il s’agit de la plus grave catastrophe nucléaire du XXème siècle classée au niveau 7, le niveau le plus élevé sur l’échelle internationale des événements nucléaires (INES).

En conséquence, 250 000 personnes seront évacuées en Biélorussie, Ukraine et Russie. La ville voisine de Prypiat (à 3 km de la centrale de Tchernobyl) fut entièrement évacuée. C’est à ce jour une ville fantôme. 4 zones de contamination radioactives décroissantes ont été mises en place. 2 d’entre elles ne sont pas évacuées, mais leurs habitants disposent d’un suivi médical.

De nombreuses maladies génétiques ont découlé de cette catastrophe. Il est à ce jour compliqué d’estimer le nombre de morts, car ces derniers ont succombé à des cancers et autres maladies génétiques bien plus tard. Certaines études apportent cependant le nombre total de un million de morts.

Aussi, la catastrophe de Tchernobyl a entraîné la désertification de tout un territoire. Grâce à la faible présence humaine, la faune et la flore ont donc pu se développer malgré la forte radioactivité. Certains chercheurs ont d’ailleurs remarqué les effets de la radioactivité sur les espèces vivantes entraînant parfois des mutations génétiques. Cependant, aucun animal mutant n’existe dans la zone, mais des transformations génétiques sur des espèces de type bactérie sont observables. En effet, les mutations génétiques lourdes entraînent souvent la mort de l’animal qui ne peut se reproduire. Il ne reste alors que les animaux en bonne santé. Enfin, la présence de radioactivité dans la zone autour de Tchernobyl varie énormément (entre deux endroits le taux peut être 40 000 fois plus faible) permettant ainsi aux animaux de ne pas être confrontés à une contamination permanente.

Tchernobyl comme refuge pour la faune

Laisser un commentaire

© 2017: geogir.fr - Géographie et Environnement | GREEN EYE Theme by: D5 Creation | Powered by: WordPress
%d blogueurs aiment cette page :