Géo-Savoir : Le tiers-monde, le deuxième monde et le premier monde

Géo-Savoir : Le tiers-monde

Géo-Savoir : Le tiers-monde. L’expression «tiers-monde», lancée par Alfred Sauvy en 1952, désignait les pays en voie de développement n’appartenant ni au monde occidental capitaliste (le premier monde) ni au bloc communiste (le deuxième monde).

Aussi, le terme « tiers-monde » est apparu afin de classer les pays ne faisant pas partie des deux grands blocs. Il est initialement publié dans un article d’Alfred Sauvy.

« Nous parlons volontiers des deux mondes en présence, de leur guerre possible, de leur coexistence. Nous oublions trop souvent qu’il en existe un troisième, le plus important […] C’est l’ensemble de ceux que l’on appelle […] les pays sous-développés […]. Ce Tiers Monde ignoré, exploité, méprisé […] veut, lui aussi, être quelque chose. », Alfred Sauvy. 

Le tiers-monde représente donc le décalage croissant entre le monde traditionnel et le monde moderne. Cependant, la complexité des situations économiques, sociales, démographiques, politiques de chaque pays rend à ce jour cette expression inadaptée. Son auteur la réfute en 1988.

« Que l’on permette au créateur de l’expression tiers-monde, il y a déjà près de quarante ans, de la répudier, tant elle fait oublier la diversité croissante des cas. Englober dans le même terme les pays d’Afrique noire et « les quatre dragons » ne peut mener bien loin. », Alfed Sauvy.

Par conséquent, le terme de tiers-monde n’est plus employé depuis les années 1970. Ce dernier a cependant eu pour objectif de montrer à la planète entière que les États en dehors des deux blocs avaient pour objectif d’exister malgré un développement différent. À l’instar du tiers état de l’ancien régime qui refusait de « n’être rien », les États du tiers-monde ont revendiqué leur appartenance à l’histoire du monde.

Qu’en est il aujourd’hui ?

En 2003, dans sa réponse à une question de Jean-Marc Biais « Peut-on encore parler de « tiers-monde », mot que vous avez inventé, en 1956, avec Alfred Sauvy ? », Balandier maintient son terme.

« Cette expression a connu un succès planétaire. Mais, souvent, elle a suscité des malentendus. Il ne s’agissait pas de définir un troisième ensemble de nations, à côté des deux blocs en guerre froide. Non, c’était une référence au tiers état de l’Ancien Régime. Cette partie de la société qui refusait de « n’être rien », selon le pamphlet de l’abbé Sieyès.
Cette notion désigne donc la revendication des tierces nations qui veulent s’inscrire dans l’Histoire. Aussi, après une longue éclipse, l’initiative est reprise aujourd’hui par quelques pays en cours de modernisation : le Brésil, l’Inde, l’Afrique du Sud. Lors de la récente conférence de Cancun, ils ont affirmé une forte identité face aux puissances occidentales. N’est-ce pas le début d’une renaissance du tiers-monde ?
 ».

A ce jour, les spécialiste préfèrent parler de « pays les moins avancés » (PMA).

Géo-Savoir : Le tiers-monde

Laisser un commentaire

© 2017: geogir.fr - Géographie et Environnement | GREEN EYE Theme by: D5 Creation | Powered by: WordPress
%d blogueurs aiment cette page :